• La particule en deux mots.

    La particule, ou "onomastique" est une préposition qui précède un nom de famille.
    En français elle peut prendre la forme simple "de", la forme élidée "d' ", être accompagnée d'un article  "de la", voire contractée "des" ou "du".
    Elle n’apparaît que lorsque le nom est précédé d’un prénom, d’un titre ou d'une dénomination (monsieur, madame, marquis, abbé, général, etc.)
    La particule n’est généralement pas prise en compte dans le classement alphabétique.
    Elle existe ailleurs : néerlandais "van", allemand "von", anglais "of ", italien "de", "da" "del", "dal", "della"...

    Contrairement à une idée reçue, la particule ne peut en aucun cas être prise comme une marque de noblesse, pas plus d'ailleurs que son absence empêche d'être noble. Les particules dites "nobiliaires" n'ont jamais été mises que devant les noms de famille qui viennent des seigneuries. En effet, la particule atteste initialement l'origine (rappel d'une filiation, l'origine d'une famille (clan) dans le sens "fils de, fille de", ou une origine géographique) ou la propriété (génitif).
    Conséquence : certains propriétaires ou roturiers peuvent donc posséder une particule sans pour autant être nobles.

    Particule nobiliaire du Midi de la France
    En revanche, il existe une exception dans le Midi de la France. Une particule nobiliaire existait bien pour les familles d’ancienne noblesse. Cette particule était très présente dans de nombreux actes aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles. Cet usage s'est perdu, bien qu'il permettait, à l’exemple du système espagnol ou britannique de clarifier les situations nobiliaires des familles.

    Les familles nobles dans le Midi de la France au Moyen Âge avaient l’usage de mettre En’ ou N’ et Na’ ou N’ au féminin devant les prénoms des personnes. Ces particules nobiliaires, employées dans tout le midi de la France, correspondaient à peu près à "sire de …" ou "don …" en espagnol.

    Ci contre un exemple de la particule méridionnale du roi Alfonse III et de la reine Elianor, sur leur épitaphe à la Seu Vella de Lleida (Catalogne)

    Pour nous : En Guilhem de Porcelet et Na' Ysabau de Porcelet !!

    La particule en deux mots.
    © Tasson

    Source : Wikipédia


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :