• Le costume au XIIIème siecle

    La vesture au 13ème siècle

    Il existe peu de vestiges de costumes de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe. La confrontation de sources iconographiques, textuelles et archéologiques peut, néanmoins, nous donner un aperçu des vêtements portés au cours de cette période.

     


    Les tissus

     L'identification des textiles médiévaux est assez compliquée car les noms des tissus varient en fonction de la matière mais souvent aussi de la couleur, du tissage, voire de la taille ou de l'origine.

     La laine : c'est le textile le plus répandu pendant tout le moyen âge. A partir du XIIIème siècle sa production et son traitement vont faire la fortune des villes flamandes et de certaines cités italiennes. Les meilleures laines viennent des Flandres. L'Italie fabrique des textiles plus légers. Le camelin est produit en Orient à partir de poil de chameau et importé par les marchands italiens. la vêture au XIIIème siecle
    Le lin: c'est l'autre textile courant. Connu depuis l'Antiquité, il s'agit d'une plante à fibre à partir de laquelle on fabrique un tissu, généralement blanc. Le lin, après traitement, peut être tissé en toiles plus ou moins fines, depuis le cainsil, un tissu fin utilisé pour les sous vêtements jusqu'au coutil, une grosse toile tres solide utilisee pour les vêtements de dessus. Il faut noter que l'exploitation du lin occupe une place à part dans l'économie médiévale. la vêture au XIIIème siecle
    La soie: c'est le tissu le plus précieux qu'on connaisse à l’époque médiévale. Les premières manufactures européennes apparaissent aux XIIIème siècles,  en Italie et en France (dans le Gard en 1234, à Paris en 1290). On connait de nombreuses sortes de soie, le samit, l'osterin teint en rouge, le cendal proche du taffetas actuel, la paile, le siglaton la vêture au XIIIème siecle
    Les fourrures : sont aussi largement utilisées et très appréciées. Elles sont produites localement mais également importées à grand frais pour les plus précieuses comme la zibeline. La fourrure s'utilise comme doublure pour des manteaux ou comme décoration pour border des habits de luxe. L'ours, l'hermine et le vair (sont très chers et appréciés par la noblesse. Plus rustiques le lièvre, le renard ou le chien sont employés pour les vêtements d'hiver.  
    Le cuir : pas utilisé en tant que tel pour les vêtements courants. Certains habits particuliers sont en cuir, comme des tabliers ou des équipements militaires mais cela reste limité. Par contre le cuir est très souvent utilisé en complément du tissu, pour renforcer certaines parties fragiles d'un vêtement ou sous forme de lacet, d'attache, de bordure ou d'accessoire.  
    Le coton : c'est un nouveau textile qui vient d'être introduit en Occident à la suite des Croisades. Il est d'abord importé d'Orient (Inde et Égypte sont les principaux producteurs), puis progressivement acclimaté dans le sud de l'Europe, en Italie, dans le sud de la France et en Espagne.  

     

    Les couleurs

    la vêture au XIIIème siecle

    La couleur est une question délicate, néanmoins il apparait que le moyen age est une période très colorée. Les teintures de bonne qualité sont chères et c'est le rendu de la couleur qui déterminera le prix d'une coloration. Nobles et grands bourgeois portent des couleurs vives, rouge, bleu, jaune. Les artisans et les marchands s'efforcent de porter aussi des couleurs, au moins en partie, alors que les vilains et les manants se contentent le plus souvent de coloris naturels, beige ou marron ou de teintures naturelles et peu chères comme la guède, permettant d'obtenir des tissus bleus ou verts.
    On sait, par tissage, fabriquer des tissus de plusieurs couleurs, échiquetés ou rayés. Cela reste cependant plutôt limité à certaines catégories sociales (saltimbanque, prostituées)
    Le noir et le blanc sont peu employés et souvent réservés à des circonstances ou des costumes particuliers.

     


     Comment s'habille-t-on au XIIIème siècle ?

    Le costume est fonction de la catégorie sociale, de la profession et de la richesse.
    Au moyen age le costume a une très grande importance car il reflète la classe sociale et la place de chacun dans la société. Un noble s'efforcera d'avoir un vêtement luxueux, et un paysan ou un artisan ne portera pas d'habits trop voyants, pour ne pas exciter la convoitise ou la jalousie d'autrui.
    Tous les vêtements ont à peu près la même coupe, quelque soit la catégorie sociale. La différence se fait sur le tissu, la couleur et la décoration.

    la vêture au XIIIème siecle
    On peut pratiquement affirmer que la longueur du vêtement masculin est fonction de l'age et de la  catégorie sociale. Un homme riche, un notable, un noble, un homme âgé portera un vêtement long, jusqu'aux mollets ou aux chevilles. Un paysan, un pauvre, un jeune homme mais aussi un soldat ou meme un chevalier avec sa cotte d'arme portera un vêtement plus court, jusqu'aux genoux, soit en raison du prix du tissu, soit par souci de commodité. Comme à l'époque moderne, les vêtements médiévaux se rangent en trois grandes catégories, les sous vêtements, les vêtements de dessus et les habits de sortie (manteaux et capes).


     
    Les sous vêtements

    la vêture au XIIIème siecle  Les braies : Portées par les hommes et peut être par les femmes, les braies ressemblent à des caleçons longs descendant à peu près au genou. Elles sont serrées à la taille par une ceinture fine en cuir ou en tissu ou une cordelette, appelée braiel.
    la vêture au XIIIème siecle  Les chausses : Semblables à de grandes chaussettes, les chausses couvrent les jambes. Elles existent en 2 versions, avec ou sans pied. Les chausses masculines s'attachent à la ceinture des braies, les chausses féminines s’arrêtent au genou et s'attachent avec des jarretières.
    la vêture au XIIIème siecle  La chainse : Tunique revêtue directement sur le corps, portée par toutes les catégories sociales.
      La tunique : vêtement de même coupe que la chainse et plus longue sur les jambes. Elle est portée sur la chainse, pour se protéger du froid.

     

     
    Les vêtements de dessus

     Le bliaut : vêtement de forme rectangulaire, non cousu sur les bords et maintenu en place par la ceinture. Il est souvent décoré, vu que c'est le vêtement le plus visible. Il s'agit d'un vêtement populaire au XIIème siècle. la vêture au XIIIème siecle
     La cotte : C'est une sorte de tunique longue, qui descend jusqu'aux mollets ou aux chevilles pour l'homme, jusqu'au sol pour la femme. C'est un  vêtement visible, donc souvent décoré pour les riches. La cotte est parfois fendue devant et derrière, pour monter à cheval.
     Le surcot : comme son nom l'indique, le surcot se porte sur la cotte. Il a à peu près la même forme que celle-ci. Le surcot peut avoir des manches, entre longues et mi longues. Il y a des versions sans manches, souvent dans le vêtement féminin. On trouve aussi des surcots féminins lacés sur le côté, depuis l'aisselle jusqu'à la hanche ou jusqu'au pied. A la fin du XIIIème, on trouve des surcots féminins sans manches, ouverts sur les côtés jusqu'aux hanches, parfois bordés de fourrure.
     
    Le surcot masculin peut aussi être fendu comme la cotte pour l'équitation.  
    Le surcot féminin va s'allonger tout au long du siècle, créant parfois une véritable traine que la femme porte sur le bras.
    Le surcot est le vêtement le plus visible et le plus précieux du costume. Il est confectionné dans le meilleur tissu disponible et très souvent décoré.
     

     

     

     
    Les habits de sortie

      manteau : vêtement chaud avec une capuche.
      La cape : appelée mantel, ce qui peut introduire une confusion avec le manteau proprement dit. La cape est faite d'un demi-cercle à deux tiers de cercle de tissu, parfois avec une échancrure pour la tête. Il descend jusqu'aux chevilles ou même jusqu'au sol.
    vêtement ostentatoire par excellence, cité comme tel dans les chroniques d'époque, le mantel est fabriqué dans les meilleurs tissus, doublé de fourrure et orné de broderies et de galons ou orfroi. Elle peut être dotée d'une capuche.
      Le pelisson (ou pelisse) : Il s'agit d'une sorte de gilet en fourrure, d'une longueur variant entre les hanches et les chevilles, sans manche. Ce vêtement d'hiver peut être entièrement fermé et s'enfiler par la tête, ou cousu sur les bords et ouvert sur le devant ou encore ouvert sur les côtés et enfilé par la tête comme un bliaut.




    Les vêtement militaires

    la vêture au XIIIème siecle


    Le gambison : vêtement rembourré, porté sous l'armure ou la cotte de maille et servant à amortir les chocs. Au XIIIème siècle le gambison est long, descendant à mi cuisses voire jusqu' aux genoux. La longueur des manches est variable, allant du coude jusqu'à couvrir les mains. Le rembourrage est fait soit avec de la bourre comme du crin ou de la charpie, soit avec de nombreuses couches de tissu.
     
    La cotte d'arme : Généralement sans manche et enfilée par la tête, la cotte d'arme est un vêtement militaire poté par dessus l'armure ou la cotte de maille. Elle sert à arborer les armoiries ou au moins les couleurs. La longueur de la cotte varie entre le mollet et le genou. L'usage de la cotte d'arme n'est pas systématique au début du XIIIème et ne se généralisera qu'au temps de Saint Louis.


     
    Les couvre chefs


     Hommes

    Aumusse : Capuche prolongée par une petite cape circulaire couvrant les épaules et descendant dans le dos et sur la poitrine. Elle est ouverte sur le devant et fermée avec des lacets ou une fibule. Au début du moyen âge la capuche est ronde mais elle va évoluer en pointe, celle-ci s'allongeant progressivement jusqu'à atteindre parfois le sol à la fin du moyen âge. la vêture au XIIIème siecle
     Chaperon : Aumusse sans ouverture sur le devant. la vêture au XIIIème siecle
    Cale : Bonnet en toile ou en cuir, porté quasi universellement au XIIIème siècle. La cale couvre le crâne et les oreilles et laisse le visage dégagé. Il existe des cales rembourrée pour porter sous le camail de maille. la vêture au XIIIème siecle
    Calotte : Bonnet demi sphérique porté par les civils et les religieux. Il est parfois avec une pointe sur le dessus. On la fabrique en laine, en lin, en coton ou même en cuir.  

     

    Femmes

    la vêture au XIIIème siecle


    Le voile : Se porte directement sur la chevelure ou en association avec un autre type de coiffure. Il est en général blanc, fabriqué dans un tissu très léger. Au 13ème siècle le voile ne dépasse pas le milieu du dos et se termine en arrondi.

    la vêture au XIIIème siecle


    Le couvre-chef : Bande de tissu d'une dizaine de centimètres que les femmes utilisent pour dompter une chevelure abondante, elles le font passer sous le menton, sur les oreilles et le nouent sur le sommet du crâne. Le couvre-chef est en général blanc, confectionné dans des tissus légers. On le porte toujours en combinaison avec une autre coiffure.
    Le touret et le mortier : Toques. Le mortier a un fond alors que le touret n'en a pas. Leurs bords ne dépassent pas 10 centimètres de haut, ils peuvent être droits ou évasés. On les porte associés à une crâpine, un couvre-chef ou un voile.
    La touaille et la guimpe : La touaille est une pièce de toile fine qui s'attache à la chevelure ou au couvre-chef et enserre le cou. Le plus souvent la touaille fait partie de la guimpe qui est la coiffure des veuves et des femmes âgées. La guimpe associe la touaille et le couvre-chef pour masquer complètement la chevelure et le cou, ne laissant que le visage découvert, un voile, éventuellement maintenu par un cercle de tête recouvre le tout.
      
    Les accessoires
    Ceinture : Longues et plutôt fines au XIIIeme siècle, elles sont serrées ou attachées par un système de fente et de nœud.Les ceintures sont parfois décorées d'une plaque au bout de la ceinture, appelée mordant. Des plaquettes métalliques peuvent également être rivetées sur la ceinture, comme décoration. A défaut de ceinture, il est fréquent d'utiliser une corde. C'est cependant une marque de pauvreté, qui sera notamment reprise dans le costume des franciscains.
    Chaussures : Au XIIIème, elles sont généralement plutôt basses, les bottes les plus hautes arrivant au maximum sous le genou. Leur forme sur le devant est ronde ou légèrement pointue.
    Bourse : En l'absence de poche dans les costumes, la bourse et l’aumônière sont les seuls moyens de transporter tous les petits objets de la vie courante. La bourse est attachée à la ceinture, soit en étant solidarisée, soit par des cordons. Les bourses sont faites en cuir, en tissus divers et sont souvent décorées.

    la vêture au XIIIème siecle


    Aumônière : Sorte de petit sac, attaché à la ceinture ou porté suspendu au bout de lacets. Il existe plusieurs formes d’aumônière, suivants les époques et la mode. Elle peut être très richement décorée. Certaines pièces ont été brodées de fils d'or, fabriquée en soie et serties de pierreries ou de perles.
    Gants : Portés dès l'époque carolingienne. Les gants sont utilisés comme protection contre le froid, comme équipement militaire et comme symbole de richesse. Ils existent dans tous les tissus connus à l'époque. Le manuscrit I33 présente des gants en cuir avec de hauts poignets, utilisés pour la pratique de l'escrime et proches des gants modèle mousquetaire.

    la vêture au XIIIème siecle


    La fibule : Il s'agit d'une sorte de broche qui permet de maintenir deux pièces de vêtement entre elles : pans d'une cape, d'une aumusse.  Elle est généralement forgée en fer, mais n'importe quel métal peut être employé, cuivre, argent, or.
    Le couteau : Au Moyen Age tout le monde porte un couteau, comme couvert pour manger et accessoire à tout faire. Le couteau se porte à la ceinture, dans l'aumônière ou passé derrière celle-ci, le manche entre les attaches de ceinture.
    Lors d'un repas, chacun amène son propre couteau, c'est un objet personnel.
    Le briquet : En acier très riche en carbone, le briquet est frappé contre un silex pour créer des étincelles qui vont enflammer de l'amadou. Il existe plusieurs modèles, avec des tailles très variées.
     
    Et il reste encore tout un tas d'accessoire : cuillère, bijoux, peigne, coffrets...


    la vêture au XIIIème siecle


  • Commentaires

    1
    evemelan
    Mardi 9 Octobre à 13:59

    Pourriez vous citer vos sources ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :